L'éducation canine est cassée

par Molly Sumner
(reproduit avec l'autorisation de l'auteur)


 

Il y a probablement des centaines de façons d’éduquer un chien.  Des milliers peut-être.  Et si mes propres interactions avec le public et l'Internet sont une indication - si vous avez déjà possédé un chien, vous êtes un expert.   Il semble que la pensée globale est que la compréhension du comportement complexe d'un chien est en fait super simple et que toute personne peut naturellement le faire.   Et si vous avez déjà réussi - une fois - alors vous pouvez éduquer n’ importe quel chien. Quiconque a regardé une vidéo sur Youtube, ou qui a vu comment leur mère, père, frère ou sœur l'a fait, sait maintenant les rouages ​​complexes de l'esprit canin.  Où quelqu'un qui avait beaucoup de chiens - 6 ou plus, les appelait une meute, est donc un comportementaliste.  Permettez-moi de vous dire dès maintenant, en tant que membre de la communauté professionnelle d’éducateurs canin, avec une éthique et des normes, que cette mentalité est insoutenable.


Cette mentalité - que parce que vous avez réussi avec quelque chose, vous êtes un expert - est endémique dans notre monde d'aujourd'hui.  Et le niveau auquel nous appelons ce qu’on fait un succès est le strict minimum.  Les gens disent - «mon chien, mon enfant, etc.  est devenu tout à fait normal » ... donc je ne vais pas enquêter s’il y a un moyen qui est meilleur, plus respectueux,  plus efficace de faire les choses. C’est la mentalité, « s’il ne est pas cassé, ne le répare pas »....


Eh bien devinez quoi ... l’éducation du chien est cassée et nous devons la réparer.  Chaque jour, des chiens sont euthanasiés en raison de problèmes de comportement.  Des chiens qui auraient pu avoir de belles et joyeuses vies sont écourtés parce qu'ils ne pouvaient pas devenir le chien que le propriétaire voulait. Et c’est peu ou pas la faute du chien.  C’est un fait que ce n’est pas la surpopulation qui est à l'origine des chiens qui meurent dans des refuges.  C’est le problème des familles qui abandonnent leurs animaux parce qu'ils ne peuvent pas résoudre les problèmes de comportement de leur chien.  Les gens essaient de leur mieux avec les outils dont ils disposent, à savoir: les expériences et les mimiques confuse de l’éducation de leurs chiens passés ou les attentes incohérentes, je-veux-des-résultats-hier qui vont inévitablement condamner le chien à l'échec.


C’est dans cette onzième heure que l’éducateur canin est appelé.
« Bonjour, éducateur canin à l’appareil, comment puis-je vous aider? »
« Salut, mon chien fait le comportement X.  Si vous ne pouvez pas le résoudre immédiatement, nous allons amener notre chien au refuge (ou l’euthanasier).  Vous êtes notre dernier espoir (et le dernier espoir du chien). »


Traduction - Nous, les propriétaires,  avons laissé le comportement X continuer  trop longtemps, ont été incohérent dans l’éducation, et sont au bout du rouleau. Nous avons déjà jeté l’éponge  et nous sommes  à la recherche d'une solution rapide pour tout réparer, ou sinon l’autorisation d'abandonner.


Dans ma propre expérience, je dirais que bon nombre de ces appels se terminent par le propriétaire qui abandonne le chien. Et ce n’est pas faute d'avoir essayé des méthodes et de l'expertise de la part de l’éducateur.   C’est parce que le propriétaire a déjà renoncé.  Vous voyez, il n'y a pas de solution miracle.  Il n'y a aucune solution qui va tout réparer dans une heure.   La télé vous a menti.  Il faut de la passion et de l'engagement pour régler un problème tellement enraciné que vous êtes prêt à abandonner.  Et la plupart des gens n’ont pas le temps pour cela.  Pas dans le monde d'aujourd'hui.  Les problèmes ne sont pas apparus du jour au lendemain et ils ne sont pas résolus de cette manière non plus.  Et ceux qui vous disent différemment vous vend un mensonge qui ne fera que laisser quelqu'un – le propriétaire, le chien, ou les deux – avec le cœur brisé.


Donc qu’est-ce qui reste à faire avec un système cassé remplit de propriétaires frustrés imitant ce qu'ils voient à la télévision,  qui finissent épuisés et avec le cœur brisé?  Il n'y a pas de réponse facile.  Le domaine de l’éducation canine est à ses balbutiements.  Né d'observations et de tâtonnements, nourri par la science et l'éthique, et entravé par la culture populaire, il n'y a pas de solution miracle ici non plus.  L’éducation canine a son propre ensemble de problèmes, peut-être favorisé par la myriade de personnalités qui sont attirés par elle.  Pour certains, l’éducation canine est une compétence transmise à travers les générations, pour d'autres c’est une poursuite éthique et académique.  Certains cherchent à mieux comprendre les animaux, tandis que d'autres tentent de fuir le monde humain.  Et puis il y a ceux qui veulent désespérément se tailler un héritage, de breveter une méthode particulière qui leur donnera la notoriété.  Et entrelacé à travers tous ces gens et leurs motivations, sont des lignes de fracture remplis de passion.  Ces lignes de fracture éclatent ... beaucoup, créent des schismes, divisent davantage la profession et ceux qui la naviguent créant pour toute personne essayant d'entrer dans le domaine  l'impression qu'ils doivent traverser un continent entier simplement pour comprendre le paysage qu'ils viennent de franchir.


Si le paysage est si dangereux pour ceux qui cherchent à entrer sur le terrain, alors imaginez ce que c’est pour un propriétaire de chien.  Une annonce dit qu'ils "vous créeront un chien parfait", une autre "pas de friandises, juste de  la discipline", une autre "éducation avec compassion, fondée sur la science".  Le propriétaire veut juste des solutions et de nombreuses fois est tellement frustré par la situation, qu’il ne se soucie pas des méthodes.  Ils sont sur le point de renoncer à quelque chose qu’ils ont versé leur cœur depuis le jour qu'ils l’ont ramené à la maison.  Ils sont déjà frustrés et désespérés, encore sous le choc du fait que « l’éducation» qu’ils pensaient qu'ils savaient ne fonctionne pas.


L'état le plus triste de ces affaires, c’est que je ne suis pas sûr de la solution.  Certains rallye au cri de la réglementation et l'autorisation de la part des éducateurs canine afin que le public a un niveau sur qu'ils peuvent compter.  Mais il faudra plus que des règlements pour enseigner le public qu'ils ont besoin de l'aide d'un professionnel.  Puis il y a aussi la question des normes et méthodes.  Dans les 20 dernières années il y a eu un mouvement pour interdire certains outils et méthodes d’éducation, et une énorme repoussée par les adeptes de ces outils et méthodes.  Alors que je suis pour les normes et les soins, l'interdiction n’est généralement pas une solution - l'empathie et l'éducation sont les solutions.  Ça serait mieux d’éliminer le besoin que de mettre sur liste noire toute une partie de la population de l’éducation canine.  De plus, l'interdiction n’élimine jamais réellement quoi que ce soit, il se cache tout simplement.  C’est comme la norme que nous faisons pour notre éducation aujourd'hui - Antécédent, Comportement, Conséquence .... Comment pouvons-nous changer le comportement des propriétaires et des éducateurs et avoir de meilleures conséquences?  La réponse est dans la gestion de l'antécédent et la création de nouveaux comportements.


Par conséquent ma solution pour aujourd'hui est un défi.  Je mets au défi le lecteur de cet article de lire d’avantage.  Avant que votre chien a besoin d'aide, ou avant de vous décider d’aider un chien. Tant qu’à faire, avant d'arriver près d'un chien si possible.  Connaître tous les côtés - tous les arguments, les passions, les méthodes et les outils.  Et prendre une décision éclairée.  Je ne veux pas dire qu’il faut traiter l’éducation canine comme des symptômes sur Doctissimo, mais de suivre la piste des partisans et poussez de côté la fumée et les miroirs pour voir ce qui est vraiment là.  Et puis demander pourquoi.  Demandez pourquoi ça « fonctionne ».  Puis demandez s’il y a une option moins invasive ou minimalement aversive.  Et je mets au défi les professionnels dans le monde canin d'être plus ouverts.  Autorisez  un  dialogue.  Démarrez sur les motifs que nous aimons tous les chiens et partez de ce point.  S’observez mutuellement sans jugement et puis, quand c’est ouvert aux propositions, offrez-les sans jugement.  Et avoir un «pourquoi» prêt parce que rien ne doit être pris à sa valeur nominale ou tout simplement « parce que ».


Ce défi est pour les éducateurs, qu’ils soient autodidactes ou des professionnels certifiés dans le comportement,  des bénévoles ou personnel dans le domaine de sauvetage et refuge,  des propriétaires et amis de propriétaires.  Tout le monde.  La seule façon que la norme minimale de la vie de nos chiens va s’améliorer, c’est si les connaissances de base s’améliore.  Si tout le monde pouvait lire le langage corporel d'un chien aussi bien que nous pouvons naviguer nos téléphones portable, chaque chien aurait une bien meilleure vie.  Commencez dès aujourd'hui.